Niger’s film director and former Culture minister Inoussa Ousseini takes part in a debate during the launching of « TV5Monde+Afrique », an internet TV offering entirely dedicated to all things African on May 25, 2010 in Paris. Targeting the African diaspora, and all the people loving this continent, the TV5Monde+Afrique, launched by TV5Monde, is free and accessible worldwide with the exception of the UK and Ireland because of distribution issues. AFP PHOTO MIGUEL MEDINA (Photo credit should read MIGUEL MEDINA/AFP via Getty Images)

Un géant de l’ingénierie sociale est décédé, homme combinant commerce des hommes et création de valeur partagée.                               
Compagnons  de jeux à Gouré,  camarades d’école à Niamey – notamment à l’Ecole Nord et au Lycée national creuset de l’unité nationale, nous avons aussi été collègues au sein du gouvernement d’un autre compagnon du Lycée, illustre disparu, le Président Ibrahim Mainassara Baré.

La personnalité de Dukoutous a cependant éclipsé les nôtres, tant ses talents et ses vertus ont acquis une renommée transcendant secteurs d’activité, pays et continents.

Je puis témoigner d’une amitié indéfectible, d’un courage peu commun et d’une générosité rare.

Détenu et maintenu au secret, il me fit parvenir un transistor depuis Ouagadougou (où il assumait les fonctions de Directeur Général du CIDC- CIPROFILMS), en impliquant son vieil oncle, Georges, membre du parti Sawaba et résidant àTillabéri.

Libéré, pestiféré aux yeux de certains, je devins le protégé d’Inoussa, qui avec Mamoudou Diop, Aimé Bolho, le Président Ali Saibou et le Premier Ministre Mamane Oumarou m’a permis de remonter la pente et de poursuivre ma formation aux États-Unis – en toute sincérité, discrétion et efficacité.

Il m’appelait « Sidikou Sambo le Gitan », à cause de mes sempiternelles pérégrinations.

Nous n’avions pas besoin de nous voir pour savoir que nous sommes restés sentimentalement et fortement unis depuis la tendre enfance.

Inoussa Ousseïni était aussi et surtout un grand homme, formidable passeur entre les générations.

Les suffrages dont il a joui lui ont valu d’être distingué, comme député de Gouré, et comme cinéaste accompli – avec le prix décerné en 1976 par le FESPACO pour « La sangsue ».

Cette illustration fut suivie de nombreuses autres, ainsi que de nominations qu’il mit au service de notre pays, et de ses cultures  – afin qu’elles soient  mieux connues, promues et transmises.

Inoussa était un entrepreneur infatigable auquel la chance souriait. Un homme pour qui les affaires étaient sociales, publiques et économiques.

Sans conflit d’intérêt, tant sa prospérité était consubstantielle d’une redistribution rigoureuse – et désintéressée. Car, en vérité, « Il n’est de richesse/s que d’hommes ».

Le temps du repos est donc venu, après une vie si riche – comme l’a voulu notre Créateur. Je présente mes sincères condoléances à Aiché, épouse exemplaire dont Seul Allah peut récompenser le devouement l’amour et le sacrifice, la grande famille Sountalma, ainsi que tous les nigériens, Sahéliens et compagnons de route d’un homme exceptionnel.

J’espère avoir l’honneur et le plaisir de le retrouver, ultérieurement, en bonne compagnie pour continuer notre fidèle amitié et me nourrir à la source de ses savoirs -être et – faire.

Dukoutous, Qu’Allah t’accueille en Son paradis ! Amen

Par MAMAN SAMBO SIDIKOU

Source link