Quelque 19.000 prisonniers sud-africains seront graciés dans le cadre des efforts déployés par le pays pour décongestionner les prisons surpeuplées pendant la pandémie de coronavirus, a déclaré vendredi le président Cyril Ramaphosa.

 Les personnes libérées sur parole seront toutefois des prisonniers à faible risque qui purgent les cinq dernières années de leur peine, a déclaré le président.

 La libération conditionnelle exclut les détenus condamnés à la prison à vie ou purgeant des peines pour des crimes graves à caractères sexuels, meurtre et tentative de meurtre, la violence sexiste et la maltraitance des enfants.

 Les détenus libérés doivent purger le reste de leur peine dans le cadre de ce que l’on appelle le programme de correction communautaire.

 « Le président a pris cette mesure en réponse à un appel des Nations unies à tous les pays pour réduire les populations carcérales afin que des conditions de distanciation sociale et d’auto-isolement puissent être observées pendant cette période », a déclaré la présidence.

 L’Afrique du Sud a une population carcérale de 155 000 personnes, mais 172 prisonniers et leurs gardiens auraient été testés positifs pour le coronavirus.

 Aucun des prisonniers touchés n’est cependant mort de la maladie, qui a tué 161 Sud-Africains sur 8 232 cas confirmés de la maladie à la date de vendredi.

Source link