(Niamey et les 2 jours) – Sur la période 2011-2019, les réformes entreprises pour l’amélioration du climat des affaires ont permis au Niger de gagner 42 places dans le classement Doing Business de la Banque mondiale. Le pays qui occupait la 174e place en 2011 est ainsi passé à la 132e place en 2019.

Les réformes institutionnelles et réglementaires initiées par le président Issoufou Mahamadou sur les 8 dernières années ont permis au pays de gagner des points sur les indicateurs utilisés dans le classement.  Ainsi, l’indicateur création d’entreprises, a enregistré une variation de +112 grâce notamment à la création de la maison de l’entreprise et à la réduction du coût de création.

D’autres indicateurs ont connu une évolution similaire.  L’indicateur obtention de prêt a connu une variation de +78, grâce entre autres à la création du bureau d’information sur le crédit. L’indicateur commerce transfrontalier, a quant à lui connu une progression de + 51 grâce à la réduction des opérations de commerce aux frontières. Du reste, les indicateurs protection des investisseurs minoritaires et exécution du contrat ont connu des améliorations respectives de +36 et +28 du fait de la création du tribunal de commerce, du centre de médiation et d’arbitrage de Niamey et l’instauration d’un comité d’arbitrage et de règlement des litiges fiscaux.

34205 doing business en 8 ans le niger a progress de 42 places msa

Toutes ces réformes s’inscrivent dans une visée, celui de placer le Niger dans le Top 50 des pays réformateurs au niveau mondial et dans le Top 5 au niveau africain.

Notons qu’en raison de quelques irrégularités observées par rapport aux données relayées dans les rapports Doing business 2018 et 2020, la banque mondiale a suspendu la publication du rapport Doing business 2021, et qu’un audit est en cours.  Le Niger n’est pas concerné par les irrégularités mentionnées.

Lire aussi:

Une grande partie des ressources est consacrée aux efforts de sécurité (Banque Mondiale)



Source link