(Niamey et les 2 jours) – Les statistiques de l’Office Central de Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants (OCRTIS) indiquent qu’entre 2018 et 2019, la quantité d’herbe de cannabis a plus que doublé avec une saisie de 7,6 t contre 2,762 tonnes. Dans le même temps, celle de certaines substances telles que le diazépam a presque quadruplé passant de moins de 900.000 à plus de 4, 7 millions de comprimés. La cocaïne quant à elle est passée de 546 grammes à 5,7 kg sur la même période.

Toujours selon ces statistiques, les jeunes constituent une part importante des dealers et des consommateurs interpellés dans les centres urbains.

Yacouba Rabiou Nomaou, Commissaire principal de police, Chef Division Recherche et investigations de l’OCRTIS indique à cet effet que « l’ensemble des personnes interpellées, dont les consommateurs et ceux qui en vendent même en milieu scolaire en 2018 est de 3064 personnes, dont 70% avec une tranche d’âge située entre 18 et 39 ans et en 2019, de 2041 personnes, dont 82,64% ayant une tranche d’âge située entre 18 à 39 ans ».

« Plus dangereux encore pour les jeunes, c’est le trafic en milieu scolaire, car le tramadol se vend à 50F CFA seulement le comprimé et un joint de cannabis entre 200f à 500 F CFA », a-t-il ajouté.

Le commissaire a poursuivi en précisant qu’il existe plusieurs réseaux de trafic dont certains avec une envergure internationale qui ont été démantelés par l’OCRTIS. « Ces réseaux font passer la drogue par voie terrestre, aérienne et fluviale, mais l’essentiel du trafic de ces drogues se fait dans le désert par des groupes armés non étatiques qui profitent de la porosité de nos frontières et de la perméabilité pour organiser et développer leur trafic ». Il a ensuite évoqué les multiples difficultés auxquelles font face les agents dans la lutte contre ce fléau.

Le Niger a ratifié la convention unique des Nations-Unies sur les stupéfiants de 1961 et la Convention de Vienne de 1971 sur les substances psychotropes. Ces textes sont renforcés au niveau national par une ordonnance de 1999 relative à la lutte contre la drogue et un arrêté du ministère de la santé de 2013. Le pays met tout en œuvre pour mettre fin au trafic de drogue sur son territoire.

Lire aussi:

Trafic de drogue : le Mali a fait pression sur le Niger pour la libération des membres du réseau Rougguy

Des drogues d’une valeur de 8 milliards de FCFA saisies au Niger en 2019, selon le ministre de la Justice



Source link