La diaspora africaine est une contribution considérable aux économies nationales du continent, a souligné jeudi le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita.Lors d’une réunion virtuelle de consultation, de concertation et d’échange en vue de préparer la mise en place du Haut comité de la décennie des racines et diasporas africaines, le ministre a ajouté que la diaspora africaine est « l’agent d’une mission économique à double vocation : d’investissement et de co-développement ».

La diaspora est une des premières sources de financement du continent, si ce n’est la première, a-t-il rappelé relevant que les transferts de fonds de la diaspora représentent plus de trois fois les niveaux de l’aide publique au développement et des investissements directs à l’étranger à destination de l’Afrique subsaharienne.

Ces transferts ont par ailleurs déjoué les prédictions en résistant remarquablement aux effets économiques de la pandémie avec, en général, une baisse plus faible que prévu en Afrique, a-t-il poursuivi notant que ces transferts ont même augmenté en 2020 dans de nombreux pays. « Forte de ses 150 millions d’âmes dans le monde, la diaspora africaine est d’abord une chance pour le continent. Elle est cimentée autour d’un sentiment d’appartenance culturelle et humaine et apporte une addition à l’identité africaine, qu’elle fait rayonner dans les sociétés où elle évolue », a indiqué le ministre.

Elle est, de ce fait, un pont avec les autres continents et cultures, si bien qu’elle est appelée la « 6-ème sous région » du continent : une région où le « territoire de vie » rejoint le « territoire d’origine », a relevé le ministre marocain, notant que les migrants africains sont souvent considérés comme des personnes vulnérables, victimes de discriminations de toutes sortes.

Pourtant, le ministre affirme que ces difficultés n’ont pas empêché la multiplication de « success stories » de figures africaines qui, partout dans le monde, se sont imposées, dans les différents domaines, notamment l’économie, la politique, les sciences et la culture.

Mais, si sa contribution est essentielle, Nasser Bourita fait savoir que la diaspora exprime, elle aussi, le désir d’être accompagnée. Or, l’Afrique a bien des efforts à faire à cet égard puisque seulement 10% des envois de fonds sont investis dans des projets ou produits d’épargne en Afrique, a-t-il avancé.

Au-delà de l’aspect financier, « nous avons la responsabilité de créer le cadre propice à un retour des compétences et à une meilleure redistribution au territoire d’origine », a-t-il souligné, appelant à accorder une visibilité accrue à cette diaspora en l’intégrant politiquement, administrativement, médiatiquement et culturellement. « C’est là le sens de notre engagement au Maroc », a-t-il dit.

Le Maroc compte plus de 5 millions de concitoyens résidant à l’étranger, présents dans 100 pays, sur les cinq continents et pour lesquels leur lien avec la mère patrie ne s’est jamais distendu, a-t-il assuré.

Dans ce sillage, il a noté que le Maroc a veillé à ce que le Pacte mondial pour des Migrations Sûres, ordonnées et régulières, adopté à Marrakech en 2018, prenne dument en considération l’apport important des diasporas dans le développement des pays à la fois d’origine et de destination. En effet, le Pacte de Marrakech a instauré, pour la première fois une méthodologie pour une coopération qualitative entre pays d’origine et de destination, en vue d’une gouvernance migratoire responsable et coordonnée, a-t-il relevé.

La cohérence entre les positions continentales et globales du Maroc, découle d’une politique constante du Royaume en la matière qui est reflétée dans deux stratégies nationales fondamentales, toutes les deux en convergence avec l’esprit de l’initiative du Togo, a-t-il révélé.

Le ministre a fait part de quelques éléments devant alimenter la feuille de route du Maroc pour faire de nos diasporas de puissants facteurs de développement. « Nous devons, à cet égard soutenir une réduction significative des coûts de transaction liés aux envois des fonds, un manque à gagner considérable », a-t-il indiqué, ajoutant que ces coûts doivent être impérativement ramenés à 3%, pour répondre à l’Aspiration 2 de l’agenda 2063 de l’UA et atteindre l’Objectif 10 des objectifs du développement durable à l’horizon de 2030.

Il faut en outre partager les « success stories » qui permettent de canaliser les flux financiers des diasporas vers l’économie formelle, être prospectif et faire appel à l’expertise pour élaborer des modèles d’implication financière innovants ainsi que de veiller à partager nos expériences sur les « Repats », ces personnes de la diaspora ou d’ascendance africaine qui souhaitent concrétiser leur projet de retour.

The post La diaspora africaine contribue aux économies nationales du continent appeared first on Journal du niger.

Source link