Certains mdias de la place, se faisant chos d’informations de toute vidence manipules, ont cru pouvoir percer le secret de certaines formations politiques en rapportant des prtendus claircissements sur l’adhsion d’une trentaine d’oprateurs conomiques du secteur du transit Maradi.

Ces mdias ont tay leurs propos sur le fait que parmi les nouveaux adhrents au PNDSTarraya, une majorit crasante v iendrait des partis membres de la MRN. Aprs vrification, il apparait clairement que cette information ne repose sur rien de prouv. En effet,  »Notre Pays » qui s’est intress la question est convaincu qu’il s’agit en fait d’un tissu de contre-vrits conu et propag dessein. A preuve, le dmenti cinglant apport par le Moden/FA, travers Ali Gaza Gaza qui fut le premier prsident dudit parti sa cration et qui intervenant, le mardi 5 fvrier 2013, sur les ondes d’une radio de la capitale a affirm qu’aucun militant de son parti n’a fait dfection cette occasion.

Quant au RSD, sur la base de la liste que nous nous sommes procure, nous sommes en mesure d’affirmer que deux de ses militants bien connus font effectivement partie des nouveaux venus au PNDS. Pour les autres partis de la MRN, il n’y a rien signaler. Alors, deux sur 35 peuvent-ils constituer une majorit crasante ? Assurment non ! En fait, il faut mme prciser que l’essentiel des nouveaux adhrents au PNDS-Tarraya Maradi se recrutent dans quatre grandes familles notamment celles de feu Balla Dan Sani, Maman Jitaou, Abdoulaye Bocho et Gonda Garki. Toutes ces familles sont rputes tre des bastions du MNSDNassara.

Ce constat suffit lui seul prouver qu’il y a bel et bien intoxication. Dans ce cas, quel jeu se livrent les commanditaires de ces fausses informations ? Cherche t-on crer la suspicion au sein de la MRN ? Ce qui est inadmissible dans cette entreprise sournoise, c’est que c’est au sein mme de la MRN que certains responsables, aussi bien au niveau local que national, s’vertuent entretenir un sentiment de doute entre partis membres en propageant des informations errones. Il est vident que dans cette entreprise de dstabilisation de la MRN, les mdias n’y sont pour rien ou presque.

Tout laisse croire qu’en amont il y a en plus de l’opposition, certains responsables  »frustrs » de la majorit, et mme d’autres simplement jaloux des succs engrangs, mme loyalement, par certains partis politiques plus dynamiques, qui saisisent le moindre alibi pour mettre de l’huile sur le feu. Ainsi, il se susurre qu’un responsable politique local a communiqu plusieurs mdias des informations errones et manipules, malheureusement rpercutes sans vrifications.

C’est bien triste que certains animateurs de la classe politique aient toujours besoin d’un fonds de commerce de ce type pour survivre au dtriment de la srnit et de la stabilit dont le pays a besoin pour son dveloppement.



Source link