(Niamey et les 2 jours) – Il se disait opposé au régime de Mahamadou Issoufou qu’il qualifiait volontiers de népotisme, il était très critique envers la présence française au Niger et s’insurgeait contre l’exploitation du pétrole nigérien par les Chinois. Celui qui postait sur sa page Facebook au lendemain de la classification du Niger en zone rouge que « le Niger n’est pas dangereux parce que la France le dit, mais parce que la France y est présente et c’est cette présence militaire qui est un danger pour le Niger. Cette présence qui sert plus les intérêts de la France que ceux du Niger. », Mahmoud Sallah, aurait été arrêté par des éléments proches du Maréchal Khalifa Haftar à Djoufra, une localité située entre Sabha et Oubari en territoire libyen indique une source proche de l’UFPR.

Le chef de l’Union des Forces Patriotiques pour la Refondation de la République (UFPR), un mouvement d’opposition qui s’était constitué en groupe politico-militaire aurait été arrêté en compagnie de Barkaï Taharimi, un de ses principaux lieutenants, sous le motif de se déplacer à bord d’un véhicule sans papier et d’être en possession d’arme à feu.

L’ancien étudiant de la faculté des sciences économiques et juridiques de l’université de Niamey, candidat malheureux aux élections législatives à deux reprises est à la tête d’un mouvement qui compte environ 400 personnes.



Source link