Le président du Comité d’organisation de la fête tournante du 18 décembre ‘’Diffa N’Glaa’’, M. Abdou Lawan Marouma, le Directeur général adjoint de la Société Nigérienne de Logistique (SONILOGA), M. Moussa Marafa et le Directeur général de la société Haroun Printing, M. Christian Daccache, ont signé hier lundi, au siège du comité à Niamey, une convention de partenariat.

A travers cette convention, SONILOGA et Haroun Printing s’engagent à accompagner le Comité d’organisation ‘’Diffa N’Glaa’’ pour que l’édition de la fête tournante 2020 correspondant au 62ème anniversaire de la proclamation de la République du Niger soit une réussite.

Intervenant en cette occasion, le président du comité d’organisation de ‘’Diffa N’Glaa’’, M. Abdou Lawan Marouma, a indiqué que ces signatures de conventions s’inscrivent dans le cadre du partenariat avec les sociétés publiques et privées conformément à leurs obligations sociétales pour accompagner un certain nombre d’activités, de programmes et de projets mis en œuvre par le gouvernement, dont la modernisation des villes, un projet initié par le Président de la république.

A travers la présente signature de convention, la Société Nigérienne de Logistique (SONILOGA) a apporté un appui financier de 5 millions de franc CFA pour accompagner le comité ‘’Diffa N’Glaa’’, et d’autres accompagnements en nature à déterminés et qui viendront par la suite de la part de SONILOGA.

La société Haroun Printing, chargée de l’établissement du permis biométrique, s’est engagée à prendre en charge la formation de 5 jeunes de la région de Diffa pour l’obtention du permis de conduire. La Société a également pris l’engagement d’accompagner l’Université de Diffa qui a besoin de beaucoup de soutiens.

Le directeur général adjoint, de SONILOGA, M. Moussa Marafa a souligné que la réussite de la fête tournante 2020 est un accélérateur de la paix et du développement dans la région de Diffa». Pour sa part, le Directeur général de la société Haroun Printing, M. Christian Daccache a souligné que ce partenariat permettra l’accès «facile» des jeunes de la région de Diffa au permis biométrique.

Concours de tresses traditionnelles à Mainé-soroa La direction départementale de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale a organisé le samedi 21 novembre dernier, à la Maison des Jeunes et de la Culture (MJC), avec le soutien financier du Projet Jeunesse de Diffa BANA, un concours de tresses traditionnelles.

Ce concours vise d’une part à préparer les jeunes filles de ce département au concours d’exhibition des tresses et tenues traditionnelles lors des activités culturelles de Diffa N’Glaa et contribuer au brassage et à la valorisation des richesses socioculturelles au sein des populations de Mainé Soroa, d’autre part. C’est le Préfet du département de Mainé Soroa, M. Issaka Mai Salé qui a présidé le lancement officiel de ce concours qui a connu son épilogue le même jour avec le sacre de Mlle Zeinabou Abdourahamane avec sa tresse de «jeune fille Toubou».

Dans la culture manga, la tresse n’a pas que la simple vocation de magnifier la femme. C’est aussi un élément sacré dans l’apparence des femmes au sein de la société. En effet, chez les principales ethnies, comme les Kanouri, les Toubou ou les Peulh, il y’a des tresses pour jeunes filles, des modèles réservés aux femmes mariées ou encore pour veuves ou divorcées.

Toutefois, de nos jours, ces traditions sont en train de disparaitre, avec l’avènement des salons de coiffures modernes, que les jeunes filles ont tendance à préférer.

Par Tamtam Info News

Source link