Économique et Monétaire Ouest-africaine (UEMOA)

Le Centre Ouest Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles (CORAF), a en collaboration avec l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) a organisé, mercredi dernier, une conférence de presse en ligne avec des journalistes issus des huit (8) pays membres de l’institution communautaire. Cette conférence de presse a pour thème «Valorisation des acquis de la convention CORAF-UEMOA.»

Il s’est agi pour le CORAF de partager avec les hommes de médias les principaux résultats qui sont le fruit d’une convention de partenariat UEMAO-CORAF. La conférence de presse a été co-animée par Jonas Gbien, Commissaire chargé du département de l’Agriculture, des ressources naturelles et de l’environnement de l’UEMOA et le Secrétaire exécutif du CORAF M. Abdou Tenkouano.

Il s’agissait pour le CORAF de rendre public le rapport des se activités, et de valoriser les acquis de la convention de partenariat entre l’UEMOA et le CORAF. Rappelons que c’était en 2014, que le CORAF et l’UEMOA ont signé cet accord pour la mise en œuvre du Programme de recherche sur les secteurs agricoles prioritaires (PreFAP).

Le programme de recherche collaborative s’est terminé en décembre 2019 et a été subdivisé en trois projets, notamment, l’amélioration de l’accès au financement des acteurs du maillon commercialisation de la filière maïs (AMAFINE) ; la valorisation des tiges de coton en panneaux de particules (VATICOPP) et la valorisation des ressources génétiques animales et de l’aquaculture locale (PROGEVAL). En effet, le PreFAP vise à contribuer à la mise en œuvre de la Politique Agricole de l’Union (PAU) qui constitue une préoccupation majeure aux autorités de la zone UEMOA.

Ainsi, tous les huit pays membres de l’UEMOA ont bénéficié du projet. Au cours de cette conférence de presse en ligne, les journalistes ont été édifiés sur plusieurs questions dont, les résultats du projet dans l’espace communautaire, la suivie des activités menées par le projet, les potentiels de la zone communautaire, le défis du CORAF, etc.

Dans l’allocution qu’il a prononcée à cette occasion, le représentant de la présidente du Conseil d’Administration du CORAF, Dr. Ângela Maria P. B. da Veiga MORENO, a remercié très sincèrement les autorités de l’UEMOA d’avoir rendu possible la publication de l’objet de la rencontre afin de porter à la connaissance du grand public les acquis majeurs de la collaboration entre le CORAF et l’UEMOA.

« Nous sommes heureux de constater que les efforts conjoints du CORAF et de l’UEMOA pour répondre à une partie de nos besoins alimentaires, principalement grâce à la production nationale, se sont progressivement réalisés avec des effets favorables sur la balance commerciale régionale. Nous devons donc être conscients que dans notre région, nous n’avons pas encore atteint les objectifs recommandés en termes d’autosuffisance en ce qui concerne les produits tels que les racines et les tubercules, les céréales et les légumineuses.

Et que nous avons également le défi régional de créer des opportunités pour les familles en vue de l’amélioration de leurs moyens de subsistance et de l’atteinte de l’objectif 2 des ODD » a déclaré le représentant de la présidente du Conseil d’Administration du CORAF. Ainsi, il a affirmé que, malgré les succès et les défis, l’Afrique, et en particulier la zone UEMOA, dispose d’un potentiel énorme, non seulement pour nourrir sa population et éradiquer la faim et l’insécurité alimentaire, mais aussi pour être une actrice majeure sur le marché mondial des produits alimentaires.

« Ce potentiel réside dans ses ressources humaines, ses terres, ses eaux, ses rivières et océans, ses connaissances, ses ressources naturelles et ses énormes marchés. Conscient de cette opportunité, le CORAF a choisi, il y a plus de 30 ans, de faire de la recherche agronomique l’un des piliers du développement régional, étant un élément important des solutions économiques, politiques et sociales, dans tous les pays membres » a-t-il soutenu.

Selon le Secrétaire exécutif du CORAF, M. Abdou Tenkouano, le centre dispose de 23 systèmes nationaux de recherches agricoles y compris les Universités d’Afrique de l’Ouest et du Centre et leurs partenaires des organisations régionales de producteurs, de la société civile, du secteur privé, des institutions internationales de recherche agricole et des organisations non gouvernementales.

«Nous sommes heureux de constater que les efforts conjoints du CORAF et de l’UEMOA pour répondre à une partie de nos besoins alimentaires, principalement grâce à la production nationale se sont progressivement réalisés avec les effets favorables sur la balance commerciale régionale.

Nous devons être conscients que nous n’avons pas encore atteints les objectifs recommandés en termes d’autosuffisance en ce qui concerne les produits tels que les tubercules, les céréales, les légumineuses etc. et que nous avons également le défi régional de créer des opportunités pour les familles dans la perspective de l’amélioration de leurs moyens de subsistance et de l’atteinte de l’objectif 2 du développement durable portant sur la réduction de l’insécurité alimentaire», a relevé le Secrétaire exécutif du CORAF.

M. Abdou Tenkouano d’ajouter qu’en dépit des améliorations de la production et de la productivité agricole au cours de ces dernières années, l’insécurité alimentaire devient une préoccupation majeure dans plusieurs pays de notre Région. Ce qui représente un indicateur de l’urgence de la mise en œuvre des programmes intégrés de développement rural pour les populations vulnérables.

Le représentant du président de la Commission de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine, Commissaire chargé du département de l’Agriculture, des ressources naturelles et de l’environnement de l’UEMOA, Dr Jonas GBIAN a quant à lui, mis l’accent sur l’appui financier que son institution à bien voulu mettre à la disposition du CORAF. En effet, Mr Jonas GBIAN a rappelé que l’un des axes d’intervention de la Politique Agricole de l’Union porte sur l’intensification des systèmes de production et l’amélioration de l’environnement de la production.

Du reste, le secteur agricole participe pour une part importante, à la formation du Produit Intérieur Brut (PIB) régional et emploie près de 80% de la population active. Cependant, malgré cette position stratégique de l’Agriculture dans les économies des Etats membres, Mr Jonas GBIAN ajoute que « notre production agricole se caractérise par une faible productivité, une prévalence de la malnutrition, une pauvreté rurale ainsi qu’une insécurité alimentaire récurrente », avant d’ajouter que face à cette situation, l’accroissement des productions agricoles est devenu un axe majeur pour la réalisation de la sécurité alimentaire.

C’est pourquoi la Commission de l’UEMOA a financé la Convention de mise en œuvre des programmes prioritaires 5 de recherche agricole de l’espace communautaire, pour un montant de 1 milliard 500 millions de francs CFA. Cette Convention a été signée le 17 septembre 2014, en choisissant le CORAF, comme Maître d’Ouvrage Délégué (MOD) pour sa mise en œuvre, sur une durée de cinq (05) ans.

L’appui financier ainsi apporté au CORAF sous forme de subvention a permis d’enregistrer des acquis appréciables permettant d’améliorer la productivité et la compétitivité de cinq (05) filières prioritaires retenues par les Etats membres et sur lesquelles la Commission de l’UEMOA travaille, à savoir : le riz, le maïs, le coton, le bétail-viande et l’aviculture » a expliqué M. Jonas.

En réponse à une des préoccupations des journalistes notamment l’appréciation des autorités de l’UEMOA sur les activités menées par le Centre Ouest Africain pour la Recherche et le Développement Agricole (CORAF) ,M. Jonas GBIAN déclare que « l’appui financier ainsi apporté au CORAF sous forme de subvention a permis d’enregistrer des acquis appréciables permettant d’améliorer la productivité et la compétitivité de cinq (05) filières prioritaires retenues par les Etats membres et sur lesquelles la Commission de l’UEMOA travaille, à savoir :

le riz, le maïs, le coton, le bétail-viande et l’aviculture.L résultats acquis dans la mise en œuvre de la Convention avec le CORAF ont fait l’objet d’un rapport co-publié par les deux Institutions que sont la Commission de l’UEMOA et le CORAF, et préfacé par le Président de la Commission de l’UEMOA. Je tiens à féliciter toutes les parties prenantes et les acteurs qui ont contribué à la mise en œuvre diligente de la Convention » a-t-il conclu.

Rappelons que dans la mis en œuvre de ce programme, c’est 8.546 ménages qui ont bénéficiés du CORAF dont 23% de femmes.

Par Tamtam Info News

Source link